Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2019

La Police Municipale n'a pas vocation à verbaliser

La rencontre du 13 novembre entre la Mairie, Plaine Commune et les associations cyclistes à propos de la sécurité le long du canal fut décevante.

Bien-sûr nous saluons la remise en place d'un miroir parabolique à l'entrée du passage sous l'Avenue Anatole France, ainsi que l'amélioration de l'éclairage du bassin de La Maltournée mais c'est une demande écrite de Vélo à Saint-Denis auprès de La Mairie et de Plaine Commune qui date de décembre 2017.

Plaine Commune nous a rappelé que l'aménagement de qualité de la promenade de la rive droite de Paris à Saint-Denis, en sommeille depuis 2006, va reprendre dans la perspective des JOP.

Nous regrettons vivement qu'à une question de Vélo à Saint-Denis quant au nombre de verbalisation de scootéristes en infraction le long du canal le Responsable de la police Municipale ait fanfaronné: Zéro ! C'est bien là la preuve de ce nous supposions déjà la police municipale ne verbalise pas. Cette saillie n'a pas été désavouée par M Le Maire qui fait reposer toute la verbalisation sur la Police Nationale.

A une question de l'Amicanal sur les engagements que serait prêt à prendre M le Maire il n'est ressorti que la vague promesse d'une patrouille à bicyclette qui selon les besoins, les effectifs, les congés, surtout en période de vacances scolaires, pourrait être active le long du Canal. Par ailleurs la question de l'installation de vidéo-surveillance est toujours posée, rien de concret n'a été engagé depuis notre courrier de décembre 2017.

Nous ne sommes pas en campagne électorale, ce n'est pas notre sujet, nous serions même prêts à soutenir les propositions d'actions réelles de la Mairie. Ainsi nous saluons les interpellations de la Police Municipale et Nationale, mais entendre que la Police Municipale ne verbalise pas c'est laisser la place à la délinquance et à la violence.

04/06/2019

Pleyel n'est pas un champ de betteraves

Pourtant les élus souhaitent un échangeur complet avec l'A86.
Indignez-vous auprès de la commission d'enquête. Vous pouvez vous inspirer de la contribution de Vélo à Saint-Denis mais ne faites pas de copié-collé
https://www.registre-numerique.fr/echangeurs-A86-A1/traitementAvis

Contribution de Vélo à Saint-Denis

Mesdames et Monsieur les membres de la Commission d'enquête publique relative au projet d'aménagement du système d'échangeurs de Pleyel (A86) et de Porte de Paris (A1)

Vélo à Saint-Denis s'indigne que l'on puisse consacrer 100 millions d'euros ( En fait évalué à 95 millions € en 2016, mais on peut s'attendre à 100 millions au minimum pour le projet réalisé) à un projet qui ne fera qu'accroître la circulation automobile et ce faisant la pollution de l'air, les nuisances sonores et augmentera les rejets de gaz à effet de serre.


A qui fera-t-on croire que l'on puisse créer deux nouvelles bretelles, une d'insertion et une de sortie à l'A86 à partir de Pleyel, sans augmenter la pollution ?

Nous avons bien senti l'embarras des cadres de la DIRIF lors de la réunion publique du 15 mai à la Bourse du Travail, à défendre un projet qui facilitera l'accès et la sortie de l'A86, cette facilité augmentera le trafic et créera forcément d'avantage de pollution. Alors la DIRIF parle « de diminution de la pollution à l'échelle du territoire », façon habile de diluer les nuisances mais celles-ci se concentreront à Pleyel autour de lieux de vie, de logements, d'une école et d'une crèche.


Ces 100 millions que l'on trouve facilement pour réaliser rapidement un projet routier nous consternent d'autant plus qu'en 13 ans on aura pas trouver ou voulu trouver 4 millions d'euros pour achever la promenade du canal Saint-Denis. Quelques millions de plus et cette promenade pouvait se prolonger de façon continue vers les bords de Seine jusqu'à Epinay-sur-Seine. Un axe structurant pour les mobilités actives, qui traverse Plaine Commune du Nord-Ouest au Sud-Est sur un site idéal. Cet aménagement aurait répondu à l'attente de 79% des cyclistes pour qui un réseaux complet et sans coupure est une priorité. Ne pas oublier non plus que 58% des habitants de ce territoire n'ont que leurs jambes et les transports en commun pour se déplacer.

De même nous avions demandé par courrier en date du 20 mars 2017 à Plaine Commune l'étude d'une rampe en bout de la passerelle au-dessus de l'écluse n°5 du canal Saint-Denis qui permet d'accéder au Stade de France depuis La Porte de Paris. Cette demande n'a pas été retenue au prétexte qu'en faisant un détour par l'avenue Wilson en traversant trois voies de circulation et en empruntant une rampe à 14% (hors normes PMR) on pouvait accéder au plateau du Stade de France. Pourtant cet équipement aurait du sens au moment des jeux olympiques et paralympiques car si les PMR peuvent accéder au Stade ou au métro Porte de Paris elles se trouvent face à un escalier de 30 marches soit 4,74 m de dénivelé avant d'accéder au plateau du Stade de France et cet équipement serait utile bien-sûr pour toutes les mobilités actives entre la Porte de Paris et la gare de La Plaine Stade de France.

Ce nouvel échangeur à Pleyel n'anticipe en rien les catastrophes à venir. Ni le réchauffement climatique, ni le tarissement des ressources de pétrole mais pronostique une progression de la circulation automobile de 1,5% par an alors que dans le même temps le gouvernement s'est fixé comme objectif de diviser par 7 les émissions de carbone d'ici 2050. Comprend qui peut.

Comment contenir le réchauffement climatique si nous construisons des projets qui améliorent la circulation automobile ? Le transport routier est le premier émetteur de gaz à effet de serre. Comment respirer mieux si nous continuons à disperser davantage de polluants dans l'atmosphère ?

Cependant la production de pétrole conventionnelle a atteint un pic en 2006, si nous avons encore du pétrole en abondance c'est grâce à l'apport des pétroles de schiste et à celui extrait des sables bitumineux (Jean-Marc Jancovici « Dormez tranquilles jusqu'en 2100 » ). Mais c'est le chant du cygne.

Qui peut dire si dans cinq ans on extraira encore 100 millions de barils de pétrole par jour pour l'économie mondiale ?

Ce qui devient rare devient cher, dans cinq ans il est plus vraisemblable d'avoir une diminution de la circulation automobile parce que le carburant et les nouvelles motorisations seront trop cher pour nombre de nos concitoyens.

Ces 100 millions seraient plus utile pour préparer le territoire à la résilience. Ceux qui auront abandonné leur voiture pour une mobilité active et les transports en commun subiront moins le resserrement de l'offre de pétrole.

Pour le coût d'une seule des nouvelles bretelles de l'échangeur de Pleyel il serait possible de réaliser un réseau cyclable complet sur le territoire de Plaine Commune et par la même lutter contre un autre fléau ; la sédentarité.

Ainsi, on a encore le choix dans les cinq ans qui viennent pour modeler le territoire et faire de Plaine commune une grande et belle agglomération idéalement aménagée pour les mobilités actives.

La belle jeunesse sportive du Monde entier serait ravie d'aller facilement à pied, à vélo, en trottinette, en roller au Stade Olympique, à la piscine, sur les lieux d'entraînement ou à Paris par le canal Saint-Denis enfin totalement aménagé pour les mobilités actives. C'est aussi répondre au tiers des automobilistes qui se disent prêts à lâcher leur voiture s'ils ont une alternative enviable. Mais abandonnons ce vieux projet dispendieux et d'un autre temps qui n'aboutit qu'à déplacer la pollution en fermant deux bretelles de la Porte de Paris pour en créer deux à Pleyel.


Nous demandons dans un premier temps la réduction de la vitesse sur les autoroutes A1 et A86 à 70 km/h. Vitesse à laquelle un véhicule léger pollue le moins, et également qui limiterait les chutes de débris provenant de l'A1 sur l'Esplanade de l'écluse.

Nous demandons que soit mesurée précisément et en permanence la pollution de l'air à la Porte de Paris et à Pleyel, puis de réduire à une voie les bretelles d'accès et de sortie à cette porte et d'en mesurer l'impact, avant de fermer définitivement ces accès à la faveur d'une diminution notable de la circulation qui viendra inéluctablement quand l'offre de pétrole sera moindre.


Vive les mobilités actives.

Vive la vie et luttons pour que notre chic planète reste agréable à vivre pour les générations futures.


Vélo à Saint-Denis le 29 mai 2019

15/01/2019

Le Maire nous répond suite à une demande de rencontre au sujet de la sécurité le long du canal.

La réponse est bien fade et convenue, on ne sent pas vraiment l'envie de nous recevoir.
Pour la lire cliquez sur le lien ci-dessous.

20181220 Amicanal-réponse Mairie.pdf

18/10/2018

Petits travaux. Lettre adressée à Plaine commue et courriel aux Maires de St-Denis et Aubervilliers


Vélo à Saint-Denis
Antenne de MDB
Chez JP PATRIX
112C RUE DANIELLE CASANOVA
93200 SAINT-DENIS
SAINT-DENIS le 28 sept. 2018

Objet : petits travaux

Monsieur Le Président de Plaine commune


Nous vous proposons quelques petits travaux qui impacterons peu le budget de Plaine Commune mais amélioreront sensiblement la circulation des cyclistes.

Surélever
Les passages piétons qui traversent le Cour du Rû de Montfort à l'avant du pont tournant ainsi que sur les trois rues qui coupent le Cour sur St-Denis. Ces passages sont très fréquentés par les piétons et les cyclistes. Le ré-haussement de ces passages ralentirait la circulation des automobilistes.
Si ces travaux vous semblent trop dispendieux il existe des barres de ralentissement noir et jaune en caoutchouc qui trouveraient utilement leur place de chaque côté de ces passages piétons pour rappeler que céder le passage aux piétons est une obligation du code de la route.

Marquer
Le double sens cyclable de la piste du canal par une suite de traits interrompus dans l'axe de la piste en plus des pictogrammes cycliste dans les deux sens.
L'intérêt de ce marquage serait de diminuer le nombre de piétons qui baguenaudent sur la piste. Il en va de notre sécurité comme de celle des piétons car la deuxième cause d'accidents pour les cyclistes est un choc avec un piéton, soit 6,4% des accidents, et du bien vivre ensemble chacun respectant l'espace de l'autre.

Marquer une bande cyclable entre la rue Gabriel Péri et la rue du Cygne à St-Denis, par une bande rugueuse, vibrante, bordée de catadioptres. Cette portion de rue est très fréquentée, très encombrée il conviendrait de légitimer notre présence à contre-sens.

Les bandes cyclables, de part et d'autre du mail de l'avenue du Stade de France s'effacent. Les repeindre autour de l'alignement central de tilleuls offrirait plus de clarté pour les cyclistes et diminuerait l'impression de voir des cyclistes partout pour les piétons.
Puis prolonger cette piste à double sens sur le large trottoir qui borde l'avenue Jules Rimet devant le Stade de France et ainsi effacer les bandes cyclables implantées dans la zone d'ouverture des portières de voiture sur l'avenue Jules Rimet. 

Marquer de nouveau la bande cyclable de la rue Gabriel Péri entre la rue Franciade et la rue Lanne par une bande rugueuse, vibrante, bordée de catadioptres, elle est actuellement en voie d'effacement.
En contresens sur la rue de l'écluse des Vertus le long du quai Jean-Marie Tjibaou à Aubervilliers marquer une bande cyclable par une bande rugueuse, vibrante, bordée de catadioptres, l'aménagement du quai est en ces lieux difficilement cyclable.

Combler
L'emplacement d'un arbre abattu pour l'installation du tunnelier, ce trou en bout de piste côté sud sur Aubervilliers, présente un danger pour les cyclistes en particulier la nuit.

Déplacer
A peu prés au même endroit, le poteau d'un lampadaire qui du fait des travaux du tunnelier se trouve au milieu du passage, si cette opération vous semble compliquée, dévier le passage pour que le lampadaire soit en bordure, sinon au moins veiller à son bon éclairage la nuit et à le peindre de bandes de peintures rouge et blanche.

Racler
Un pâté de béton qui s'est solidifié sur la piste cyclable devant le 36 rue de Strasbourg à St-Denis.

Supprimer ou recouvrir
Les secteurs pavés qui prolongent la piste devant le Parc Eli Lotar, et le long des écluses N° 3 et 4 sur Aubervilliers ou qui bordent la piste du côté de la gare de Saint-Denis.
Les secteurs pavés provoquent le rabattement de tous les piétons sur la piste cyclable, malheureusement au droit de l'écluse numéro 3 la piste cyclable mesure 0,93 m de large, la bande pavée 3,00 m au droit de l'écluse numéro 4 la piste mesure 1 m de large, la bande de pavés 3 m et la plate-bande de taillis 1,9 m.

Prolonger
La rampe qui borde l'escalier du 88 rue Danielle Casanova à St-Denis permettrait d'en adoucir la pente et de rendre cet équipement accessible aux cyclistes, aux PMR, aux piétons avec des valises à roulettes ou des chariots de marché, aux trotinneurs, ...

Raboter
Les plaques de béton de la piste du Canal qui se soulèvent sous l'effet de la poussée des racines des arbres. Ainsi devant le 17 quai du Square à St-Denis une plaque s'est soulevée de 43 mm par rapport à sa voisine cela crée un choc dommageable pour le vélo et une secousse inconfortable pour le cycliste. Toutes les plaques qui se sont soulevées de plus d'un centimètre devraient être rabotées.
Une autre plaque présente un danger bien réel pour les cyclistes puisque le différence de niveau est dans le sens du déplacement. J'ai vu plus d'un cycliste faire une embardée en ce lieu face au « Little Grand Studio » sur Aubervilliers.

Peindre
En vert soutenu avec des pictogrammes de cycliste en blanc les pistes cyclables, les traversées de la Porte de Paris à St-Denis. Ces pistes sont invisibles pour les piétons, les cyclistes et les automobilistes, il en va de la sécurité des cyclistes et du bien vivre ensemble, chacun respectant l'espace de l'autre.

Je suis à votre disposition pour une visite de ces lieux si besoin est.

Salutations respectueuses.
Jean-Pierre Patrix pour vélo à Saint-Denis

17/09/2018

Souricière

Le passage sous le pont Anatole France au bord du canal près du bassin de La Maltournée devient un spot pour la délinquance, notre alerte par courrier auprès de M le Maire en date du 7 décembre 2017 est restée sans réponse.
Deux nouvelles agressions ont eu lieu le 10 septembre, de jeunes voyous profitent de l'étroitesse du passage qu'ils réduisent encore avec leurs scooters pour malmener, tripoter, rançonner les cyclistes de passage.
Où est la difficulté à mettre fin à ces agissements ?
Chacun le constate s'il y a des scootéristes le long du canal c'est qu'ils ne sont JAMAIS inquiétés, c'est d'autant plus facile d'intervenir quand ils sont en stationnement. L'impunité les rend arrogants, inconscients de l'infraction.
Cela finira par un drame car on ne peut pas faire la course, rouler sur une roue à travers les promeneurs sans un jour provoquer un accident.
Ce jour-là nous ne pleurerons pas avec les crocodiles.

30/12/2017

Nous avons écrit à M Le Maire à propos de la sécurité le long du canal.

Vélo à Saint-Denis
Antenne de MDB
Chez JP PATRIX
112C RUE DANIELLE CASANOVA
93200 SAINT-DENIS


SAINT-DENIS LE 7/12/2017

Objet : sécurité rive droite du canal Saint-Denis


Monsieur Le Maire

Cinq faits de vols avec violence le long du canal nous ont été rapportés pour cette année.
Le mode opératoire est le même, une bande bloque un cycliste ou un piéton, le tabasse ou pas, le dépouille et disparaît.

Le dernier fait s'est déroulé le 17 novembre sous le pont de l'avenue Anatole France, entre le Bassin de La Maltournée et le quai du Square, là un groupe de quatre hommes a réussit à voler un vélo à un cycliste qui a préféré fuir.
Ces bandes agissent de jour comme de nuit mais aiment profiter de l'obscurité, d'un passage étroit, d'une absence de visibilité. Ce n'est pas par hasard si le miroir parabolique a été vandalisé à la sortie du Bassin de La Maltournée en allant vers le gare.
Aussi, nous vous prions d'intervenir auprès de Plaine Commune pour une amélioration de l'éclairage sous tous les ponts le long du canal, pour l'installation aux entrées des passages sous l'avenue Anatole France, sous le pont SNCF et du quai de Seine près de l'écluse de la Briche, de miroirs paraboliques et de caméras de surveillance.
Plus globalement l'achèvement de la promenade du Canal Saint-Denis et des bords de Seine entre Epinay-sur-Seine et Paris serait de nature à améliorer la sécurité par une augmentation de la fréquentation.

C'est pourquoi nous vous prions ainsi que tous élus communautaires de la ville, d'agir pour qu'enfin reprennent des études, de la concertation pour que s'achève rapidement un aménagement bloqué de façon incompréhensible depuis 2006.

En attendant nous vous prions d'intervenir pour que les policiers municipaux patrouillent à bicyclette le long du canal, en particulier à la nuit tombée sous ces ponts, dans l'attente de travaux de sécurisation.
Ils pourraient également mettre à profit ces patrouilles pour faire cesser la circulation de motocyclistes, d'automobilistes ainsi que l'alcoolisme de groupes en déshérence.

Salutations respectueuses.

Jean-Pierre Patrix pour vélo à Saint-Denis



Sécurité canal maire.pdf